Archéomed, l'archéologie en milieu éducatif

Archéomed, l'archéologie en milieu éducatif

Décembre 2008: Roquepertuse ferme gauloise aux guerriers assis

 

Ni oppidum de hauteur, ni vraiment site de plaine, ce n'est pas un lieu spectaculaire.

Pourtant, un peu par sa morphologie particulière, surtout par les découvertes archéologiques spectaculaires qui y ont été faites entre 1860 (les guerriers assis) et 1920 (le pseudo Hermès), cՎtait devenu un site mythique.

Gerin-Ricard n'y avait trouvé aucune trace d'habitat, la statuaire presque unique en Provence en faisait un lieu de culte. Pourquoi pas la capitale religieuse des Salyens, Entremont en étant la capitale politique.

La reprise des fouilles et le réexamen de la statuaire à partir de 1991, par Philippe Boissinot et Brigitte Lescure, sont venues tout remettre en cause.

D'une part, en contre-bas des terrasses aux statues, il existait bien un habitat de type rural, qui a laissé les traces habituelles, murs en torchis sur solin de pierre, plaques-foyers, vases de stockage, céramique d'usage quotidien.

D'autre part la découverte de sites princiers en Allemagne montre que l'apparition de cette statuaire (culte probable des ancêtres) accompagne l'émergence dans toute l'Europe celtique d'une aristocratie liée sans doute au développement de la metallurgie.

Roquepertuse désormais, c'est une ferme gauloise, assez importante pour que tout un espace ait été réservé à un monument commémoratif (un portique mettant en valeur des statues), mais pas unique.

Pour une visite du site avec des scolaires : les vestiges consolidés suffisent pour leur montrer un village gaulois du Midi, des maisons accolées comme dans un village ou une ville moderne, mais chaque maison se résumant à une pièce ; une trame urbaine orthonormée ; une rue bien visible, un escalier de pierre, un rempart. Pour l'organisation intérieure de chaque maison, il faut évidemment faire appel à leur imagination : les vases, les objets metalliques, c'est au Musée de la Vieille Charité qu'ils sont exposés.

       Pour les amateurs plus éclairés, quelques superpositions et recoupements permettent d'aborder la question de la chronologie de l'occupation. Et pour les spécialistes, une interrogation irritante : comment expliquer le décalage chronologique entre le style des statues (Ve siècle av. n. ère.) et leur utilisation (courant IIIe). Mais pour y répondre, il faudrait beaucoup mieux connaître la statuaire celte, et l'art celte en général : les prochaines générations d'archéologues nous en diront peut-être plus.

Peut-être qu'en faisant émerger quelques-unes de ces questions, vous susciterez quelques vocations d'archéologues !

Pour en savoir plus sur le site :

-sur place, des panneaux en lave émaillée expliquent tout très clairement

-ou par le site internet de Velaux http://www.velaux.net/article.php3?id_article=60

(Prenez contact avec la Mairie pour visiter aussi la tour-musée.)

Pour la visite du musée : http://www.vieille-charite-marseille.org/

(essayez de faire la visite avec la passionnante Catherine Thomas)

 

Comment aller à Roqueretuse  ?

A partir d'Aix :
Route de Berre D10, direction Velaux, jusqu'au rond-point « le Moulin du Pont », prendre à gauche la D20 vers Velaux, jusqu'à un carrefour avec voie ferrée, passer la voie ferrée puis tout de suite à gauche l'avenue Angles Baptistin qui passe entre la voie ferrée à gauche et la Coopérative vinicole à droite, puis chemin de Roquepertuse. Panneau « Roquepertuse » à droite, parking.

A partir de Marseille : 36 km, 32 min
Autoroute Aix-Lyon, puis direction Lyon, longer Vitrolles, sortie 28 (Salon, Berre, Rognac) et continuer sur la D21, après 1 km prendre à droite la D55 (route de Velaux), 1 km et prendre à gauche la D55b (route de l'Etang), 2 km puis un rond-point ou une place et prendre à droite la D55b (chemin de Berre), suivre 1 km l'avenue Angles Baptistin qui passe entre une voie ferrée à gauche et la Coopérative vinicole à droite, puis chemin de Roquepertuse. Panneau « Roquepertuse » à droite, parking.

J-P Pillard



08/09/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi