Archéomed, l'archéologie en milieu éducatif

Archéomed, l'archéologie en milieu éducatif

les fouilles d'Apollonia du Pont en Bulgarie par J.-R

 Apollonia du Pont

   Les voyages forment la jeunesse, dit-on, ils permettent aussi de faire des découvertes surprenantes. De passage sur la côte de la Mer Noire, cet été, j’ai été arrêté par une animation insolite sur la plage de la petite ville de Sozopol, au sud de Burgas, en Bulgarie. De bon matin, une équipe d’archéologues commençait une journée de fouille dans le sable, à deux pas du flux et du reflux des vagues. Une pancarte indiquait « Fouilles de l’ancienne nécropole d’Apollonia ». J’ai voulu en savoir plus sur ce site.

La ville moderne s’étend sur une presqu’île et sur son isthme, et se développe considérablement le long du littoral, avec des infrastructures hôtelières proliférantes sur des kilomètres. Les vestiges de la ville antique sont donc quasiment inaccessibles, cependant quelques fouilles préventives ont pu permettre, par le passé, de déterminer qu’Apollonia du Pont était une colonie Milésienne créée en plein pays thrace, à la fin du VIIème siècle av. J.-C., quelques années avant la fondation de Marseille.

C’est donc la fouille de tumuli, et surtout de nécropoles situées très près du littoral qui a permis d’en savoir plus sur la vie de ces Grecs de la Mer Noire. Dans les nécropoles, les sépultures sont regroupées dans de grands ensembles délimités par des murs, puis dans des aires plus petites, à l’intérieur de ces grands ensembles. Certaines tombes à fosses de taille importante datent du Vème siècle av. J.-C., mais la plupart datent du IVème siècle av. J.-C., période où les modes d’inhumation se diversifient : cercueils de bois, coffrages de tuiles, cistes (grands coffres faits en blocs de grès pour les inhumations de corps entiers, petits coffres plus soignés pour les crémations, très minoritaires). Les corps sont parfois enveloppés dans des linceuls. On trouve partout de petits vases contenant de l’huile parfumée placés autour de la tête et des mains des défunts. On remarque, c’est une particularité d’Apollonia, que le col de ces vases (lécythes) a été brisé et placé à côté de la panse. On trouve très peu de lampes dans les sépultures et les « oboles de Charon » n’apparaissent que vers 350 av. J.-C. On trouve aussi, et c’est plus rare, des offrandes de couronnes faites de fruits en argile, de fleurs et de feuilles de bronze (on trouve ce genre de bijoux dans les tombes thraces), ainsi que des bucranes en plomb décorés de gorgones et de rosettes.

Certains vases présentent des particularités intéressantes : une hydrie représente une fête à connotation amoureuse assez énigmatique où aucune allusion mythologique n’est perceptible ; une amphore présente un type chypriote qu’on retrouve à Corinthe, à l’Agora d’Athènes, et dans différentes nécropoles de Grèce du Nord, en particulier dans la grande tombe royale de Vergina, attribuée à Philippe II de Macédoine. La céramique est le plus souvent produite sur place, mais on trouve aussi des amphores importées de Thasos (Nord de la Mer Egée) et d’Héraclée du Pont (au sud d’Apollonia sur la Mer Noire). La céramique fine vient souvent d’Athènes, mais certains vases à figures rouges sont probablement des imitations produites à Apollonia ou en Grèce du Nord.

A côté de beaucoup de tombes, on a découvert des stèles montrant que les personnes enterrées étaient grecques dans la très grande majorité des cas, portant des noms assez courants, mais quelques noms sont uniques sur le littoral de la Mer Noire.

Ainsi les nécropoles d’Apollonia sont caractéristiques de celles de la Grèce du Nord à l’époque classique, mais certains aspects les rendent originales, ce qui s’explique probablement par des traditions locales (peut-être héritées de populations venues d’Eubée) et par le contact avec le monde thrace. De plus elles témoignent aussi d’un moment important de l’histoire grecque : la montée en puissance et la domination sans partage du royaume macédonien.


article de Jean-Rémy Turgis

Photos de la mission archéologique française d'Apollonia

Pour en savoir plus, n'hésitez pas à aller voir le site de la mission archéologique française à Apolonia :

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/archeologie_1058/les-carnets-archeologie_5064/europe-maghreb_5066/bulgarie-apollonia-du-pont_17100/presentation-fouille_52610.html

 



25/10/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi