Archéomed, l'archéologie en milieu éducatif

Archéomed, l'archéologie en milieu éducatif

Samedi 27 février 2010: L'oppidum de La Cloche (Les Pennes-Mirabeau)

De La Cloche




C'est un groupe d'une bonne vingtaine de personnes qui s'est retrouvé samedi 27 février pour découvrir ce site important de l'archéologie régionale. Gérard Fauresse faisait partie des fouilleurs dirigés par Louis Chabot jusqu'à l'arrêt des recherches au début des années 2000, c'est donc d'une expérience directe que nous avons pu bénéficier. Il est dommage que la météo nous ait si peu aidés, et c'est sous des bourrasques de vent et de grésil que nous avons dû arpenter les voies à ornières, les rues en pente et les cases alignées: mais même raccourcies, les explications de Gérard nous ont permis de nous faire une bonne idée de l'ensemble. A compléter par la visite des salles protohistoriques du Musée de la Vieille Charité à Marseille. Et pourquoi pas par un retour sur le site, avec une météo plus clémente...



Plan du site, et principales étapes de la visite.

De La Cloche


1. Accès par le sud-ouest: vestiges de rails de guidage (noter l'entraxe: 1,10 m), aven comblé, mur de soutènement de terrasse
2. Rempart sud-ouest
3. Poterne (entrée principale de l'oppidum), rails de guidage (profondeur: 0,45 m). C'est là qu'ont été découverts les trois crânes encloués qui ont fait une partie de la renommée du site, ainsi que des fragments de statue de guerrier accroupi. A droite: pièce ouvrant sur la poterne, qui a pu servir de salle des gardes.

De La Cloche


4. Place ou espace de retournement des charrettes, carrefour des trois rues principales du village
5. Ensemble d'habitations sud-ouest. Contre le rempart: alignement simple; au nord: alignement double, avec ruelles pour permettre l'accès aux maisons accolées au rempart. A gauche de la poterne: 2 pièces aux murs très épais, couverts d'un enduit d'argile, ont peut-être servi de réserve ou de grenier à grain.
6. En contre-bas, le seul exemple de citerne trouvé sur les oppida de Provence. Construite en pierres soigneusement taillées recouvertes d'un enduit de tuileau, avec escalier d'accès et cuve de décantation. Influence probable des Grecs de Marseille. En partie comblée actuellement, pour diminuer les risques de dégradation.
7. Secteur haut de l'oppidum: urbanisme orthonormé, ruelles transversales en forte pente, quelques rampes suggèrent des escaliers d'accès aux toits-terrasses des maisons inférieures.
8. Aire cultuelle de presque 50 m2, où l'on a retrouvé des objets d'usage non domestique (pastilles perforées, anneaux, rubans torsadés...)
9. Tour carrée de 5,5 m de côté. On en a localisé au moins 3 du côté ouest. La tour sud montre un état antérieur, englobé dans le dernier état de construction.
10. Espace cultuel: 3 pièces, où ont été découverts des restes de foyers avec ossements humains et offrandes diverses, et qui pourraient attester la présence d'un « hérôon », destiné à perpétuer le souvenir d'un personnage important de la communauté.

L'oppidum en quelques chiffres :

-30 ans de fouille

-phase 1: IIIe av JC, rares vestiges

-2e phase: fin IIe av JC, agglomération, enceinte à tours carrées, îlots d'habitations, ruelles en escalier, voies à ornières, maisons en terre sur base en pierre, toits en terrasse, sans doute des étages. Spécifique: la citerne (60 000 litres). Dépôts d'offrandes, têtes coupées, statues de guerriers accroupis. Un hérôon?

-construit vers 100 av JC, détruite vers 50 av JC, siège de Marseille: une période charnière, entre les deux phases de l'implantation romaine.




Pour en savoir plus...

-l'ouvrage de Louis Chabot: L'oppidum de La Cloche, Ed. Monique Mergoil 2004,
qui présente l'état des connaissances actuelles en matière d'archéologie sur l'oppidum de La Cloche, permettant de dégager les grandes lignes du mode de vie des habitants au Ier siècle av. J.-C. : leur habitat, leur subsistance, leurs outils et accessoires, l'urbanisme, l'hygiène et la médecine, etc.
« L'histoire du village de La Cloche, site perché du second Age du Fer de la basse vallée du Rhône, aurait pu se dérouler sans heurts. Mais, situé dans l'arrière-pays de Marseille, l'oppidum est accusé par Jules César de ravitailler la ville assiégée. Un jour de 49 av. J.-C., les soldats romains attaquent le site, y pénètrent facilement, pillant le village et déportant ses habitants. Interrompue brutalement, la vie se fossilise. Sous les murs de terre des maisons abattues, le village de La Cloche s'endort pour deux millénaires. L. Chabot, qui a consacré 33 ans de sa vie à cette fouille, en donne ici pour la première fois une vision d'ensemble. L'ouvrage s'articule en deux parties, la première consacrée à la description du site, dans ses divers aspects, et de ses structures. Détruit brutalement, sans aucune réoccupation ultérieure, l'oppidum de La Cloche est une référence fondamentale pour l'étude des villages méridionaux de la fin de l'Age du Fer. La deuxième partie de l'ouvrage est consacrée à une revue des différentes catégories de mobilier : là encore, les conditions d'abandon, consécutives à une destruction violente, on favorisé une moisson très inhabituelle, dont chaque série forme un point fixe dans notre connaissance des mobiliers archéologiques. Cette monographie très attendue fournit une masse documentaire irremplaçable pour les modes de vie et la culture matérielle de la première moitié du Ier s. av. J.-C., ainsi que pour l'histoire de l'arrière-pays marseillais et, d'une manière plus générale, les oppida de Gaule du Sud. »


Pour y aller:

-par Google maps, entrez le point de départ et le point d'arrivée, vous aurez à la fois l'itinéraire... et une belle vue satellite de l'oppidum si vous cliquez sur la case correspondante


Agrandir le plan

- en venant d'Aix: autoroute de Marseille, puis à droite autoroute vers Lyon, à 0,9 km sortie à droite Les Pennes, au rond-point vers la gauche la D368 vers Gignac, tout droit sur 4,5km, se garer au carrefour du Chemin de Rebuty, où on se regroupera dans quelques voitures.

 

-en venant du Vaucluse: autoroute de Marseille, sortie Vitrolles puis suivre Les Pennes-St Victoret , au rond-point (300 m) prendre à droite la D47a vers le Pas des Lanciers-St Victoret (Bd de la Libération), à 800 m prendre à gauche Bd Paul Raphèle qui bifurque ensuite sur la droite (1,4 km), puis à gauche la D47 avenue du Romartin (700 m), tourner à droite rue F. Mistral D20a (200 m), au carrefour prendre à droite et tout de suite à gauche vers Bd Leclerc (pharmacie et Caisse d'Epargne sur la gauche), ensuite tout droit jusqu'au carrefour de l'ex N368 (800 m), se garer au carrefour.


 



24/03/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi