Archéomed, l'archéologie en milieu éducatif

Archéomed, l'archéologie en milieu éducatif

Point de vue sur une conférence à la librairie Maupetit ( Marseille) autour du livre : "Quand les archéologues redécouvrent Marseille", Marc Bouiron et Philippe Mellinand, Gallimard/ INRAP, septembre 2013

Point de vue sur une conférence à la librairie Maupetit ( Marseille) autour du livre :

 

"Quand les archéologues redécouvrent Marseille",

Marc Bouiron et Philippe Mellinand, Gallimard/ INRAP, septembre 2013

 


 

 

La conférence à triple voix , samedi 17 janvier 2015, à la librairie Maupetit de Marseille était très intéressante. Conférenciers: Dominique Garcia, Marc Bouiron et Philippe Mellinand.

Public: environ 35 personnes.

Thème: archéologie et publications récentes des 3 auteurs sur l'histoire de Marseille.

 

- Dominique Garcia introduit la conférence.

Pour connaître son parcours et ses fonctions actuelles à l’Université de Provence.

Il explique l'évolution de la législation française en matière de fouilles: de l'archéologie de sauvetage à l'archéologie de prévention . Lui-même et Philippe Mellinand parlent de l'INRAP et donnent quelques exemples récents comme le chantier de la chapelle de la Capelette à Marseille.

 

 

Exemple du chantier Nédellec à Marseille en 2007

 

D.G. explique que la destruction des sites après la fouille préventive implique des rapports de fouilles très précis, dans un vocabulaire forcément savant, peu approprié à une diffusion grand public. Comment faire pour vulgariser? Lui-même a tenté une BD avec "Histoire de la Provence". Il en semble assez peu satisfait ( trop compliqué pour le public de BD et trop peu savant pour un public averti, selon lui ).

Il nous a montré aussi un recueil collectif , très bien documenté, qui s'adresse à des lecteurs chevronnés: " Les territoires de Marseille antique" ( collectif dirigé par Sophie Bouffier et Dominique Garcia, Errance, 2014)

Il donne comme exemple de réussite le livre de Bouiron et Mellinand: " Quand les archéologues redécouvrent Marseille" ( Gallimard/ INRAP). C'est un travail d'équipe qui peut se lire à différents niveaux complémentaires ( texte , photos, légendes) et s'adresse à un large public. La notion d'équipe est importante à souligner , selon D.G. Il confirme, en réponse à une question du public, que tous les archéologues travaillent en liaison avec des laboratoires .

 

- Philippe Mellinand, INRAP , explique comment s'est construit et peaufiné l'ouvrage grâce à une collaboration entre archéologues et équipe de publication de l'INRAP. Il parle davantage de l'époque préhistorique pour répondre aux interrogations du public passionné par la grotte Cosquer, et imaginant qu'on pourrait découvrir des habitations au-delà du Frioul ( notre Frioul était une colline à l'époque préhistorique; le rivage se situait à 5 kms de celui d'aujourd'hui). Hypothèse invalidée - ou peu probable- à cause de la présence d'une actuelle fosse sous-marine qui rendrait les recherches trop difficiles , comme à Nice.

Le public se demande si on peut chiffrer la population de Marseille à l'époque antique. Les trois intervenants expliquent les méthodes employées dans ce but à travers les âges, et la difficulté pour l'antiquité. Ils pensent que Marseille au premier siècle avant JC pouvait avoir 20 000 habitants, ce qui était beaucoup. Marseille était donc une grande ville.

 

- Marc Bouiron explique son parcours professionnel qui l'a conduit de Marseille ( ateliers du patrimoine) à Nice. Il raconte le contenu du livre, par périodes, en s'appuyant, lorsque c'est pertinent, sur ses propres chantiers de fouilles marseillaises. Notamment est mis en valeur un objet découvert dans une maison de la première moitié du 6è siècle avant JC, près de l'actuelle église Saint-Laurent, objet photographié page 45: un pot de facture indigène ( céramique modelée) avec un couvercle à la grecque ( céramique tournée) qui montre la réalité des échanges interculturels.

M.B. se réfère à l'actualité des découvertes pour montrer que le visage de Marseille antique est en perpétuelle évolution et se précise au fil du temps (exemple: une tour d'époque romaine , mise à jour lors d'un chantier récent Boulevard des Dames)

 

Discussion , signature et buffet convivial offert.

 

Bref c'était très intéressant et accessible à tout public.Les trois conférenciers sont complémentaires et fluides dans leur expression. Je vous suggère, à l'occasion, d'aller les écouter, et en tout cas de lire " Quand les archéologues redécouvrent Marseille".

 

Evelyne Verlaque 



19/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi